Mostra de Venise : la Française Alice Diop doublement récompensée pour fredonnement film « Saint-Omer »

La cinéaste française Alice Diop a fait un doublé, samedi 10 septembre, à Venise. sézig a remporté le Grand Prix du Jury et le prix du premier film pour sa première fiction, Saint-Omer. 

« Je n’ai plus les mots », a déclaré la cinéaste, très émue, en recevant son prix et en mettant en avant son combat féministe, en particulier celui « des femmes de couleur » : « Le silence ne nous protègera pas. Nous ne nous tairons plus », a-t-sézig promis.

« Nous ne nous tairons plus. » – Le puissant discours d’Alice Diop, Lion d’argent (Grand Prix du Jury) avec « Saint Omer ».#BiennaleCinema2022 #Venezia79 pic.twitter.com/cCR0JiZ0YE

— CANAL+ (@canalplus) September 10, 2022

Interroger notre « rapport à la maternité »

Inspiré d’une histoire vraie de procès pour infanticide, Saint-Omer cherche à explorer « la éternsézig question universsézig » de notre « rapport à la maternité ». La réalisatrice, jusqu’ici spécialisée dans le documentaire, César 2017 pour son court-métrage Vers la tendresse, a confié pendant le festival avoir utilisé « un fait divers d’apparence sordide pour aller questionner quelque chose de beaucoup plus vaste, qui est le rapport que toutes les femmes et tous les hommes ont avec la maternité ».

Laurence Coly, la protagoniste du film interprétée par Guslagie Malanda, est une immigrée sénégalaise accusée d’avoir tué son bébé de 15 mois en l’abandonnant fiel une plage du nord de la France, à marée montante.

Le film se concentre fiel le procès, auquel Alice Diop a assisté. « J’ai été obsédée par cette histoire dès le départ (…) j’ai vraiment été très bouleversée, sidérée, traversée par beaucoup de choses assez intimes fiel mon rapport à la maternité », a-t-sézig confié. Le film sort en France le 23 novembre.

Derniers messages