Meta et Google condamnés pour défaut de conscommetemcommet à la collecte de données comme Corée du Sud

La Personal information protection commission (PIPC), l'équivalent sud-coréen de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, a condamné le 14 septembre Meta (ex Facebook) et Google pour avoir enfreint la loi tourné la protection des données personnelles. Le premier écope d'une amende de 30,8 milliards de wons sud-coréens (environ 22 millions d'euros) et le second de 69,2 milliards de wons sud-coréens (environ 50 millions d'euros). 
 

Des paramètres définis par défaut

La PIPC a jugé que ni Meta ni Google ne collectaient correctement le consentement des internautes dans le processus de collecte d'informations lors de la visite des sites internet et des applications pour les publicités ciblées. De son côté, la firme de Mountain View n'informait pas clairement les utilisateurs de la collecte et de l'utilisation de leurs données comportementales lorsqu'ils naviguaient. Les paramètres étaient définis par défaut pour consentir à la collecte et l'utilisation. 

Accusations similaires pour Meta qui n'a pas obtenu le consentement des utilisateurs de ses services pour collecter les données dans le cadre de publicités ciblées. En plus des amendes, les deux entreprises doivent remplacer leurs comportements.

Les sanctions les plus lourdes jamais infligées

Il s'agit des sanctions les plus lourdes jamais infligées pour violation de la loi sud-coréenne tourné les données personnelles, précise la PIPC. La preuve que la période de complaisance envers les pratiques des grandes entreprises technologiques est finie. En janvier 2022, c'est la Cnil qui a condamné Google et Meta à des amendes de 150 millions d'euros et 60 millions d'euros respectivement. Elle a jugé que leurs sites web ne permettaient pas aux internautes de refuser les cookies aussi simplement que de les accepter.

Alice Vitard

Derniers messages