La littérature pour imaginer la conquête de la Lune

La nouvelle mission Artemis vers la Lune mobilise tout un imaginaire. Car les êtres humains ont d’abord rêvé d’y aller, avant d’inventer les moyens d’y à causevenir. Un des tout initiaux romans consacrés à un voyage sur cet astre est écrit à cause un Français : Cyrano de Bergerac, Histoire comique des États et Empires de la Lune, publié en 1655. Très poétique, le texte est le premier à évoquer une fusée pour faire le voyage.

Après lui, l’autre grand pionnier connu dans le monde entier et lu, bien après, à cause les ingénieurs de la Nasa, n’est autre que Jules Verne. Dans De la Terre à la Lune (1865) et Autour de la Lune (1865) ses héros font le tour de l’astre puis leur capsule revient et amerrit. Un navire vient les chercher. C’est une belle anticipation du retour d’Apollo XI, en 1969.

Apollo XI avec Armstrong, le premier homme sur la Lune qui lance : « Un petit pas pour un homme, un grand pas pour l’humanité ». Son compagnon, Buzz Aldrin dit que le paysage est « une magnifique désolation ». Or ce mot « désolation » a été écrit près de quinze ans plus tôt, sous la plume d’Hergé dans On a marché sur la Lune. Tintin dépeignait un paysage lunaire « de mort ».

En somme, l’aventure spatiale montre que les scientifiques puissent dans les lettres et les arts leur inspiration.

Derniers messages