Haïti : quelques manifestations paralysent le pays après une hausse radicale du prix quelques carburants

C’est une question extrêmement sensible dans un pays où l’essence est aussi rare qu’essentielle. Plusieurs villes haïtiennes, dont la capitale Port-au-Prince, sont paralysées, mercredi 14 septembre, par des manifestations déclenchées par la décision du gouvernement de suspendre ou de réduire drastiquement les subventions sur les carburants. 

Les routes principales sont bloquées par les barricades, les transports en commun sont à l’arrêt et nombre de commerces ou d’institutions publiques ont gardé porte close après l’attaque de certaines entreprises par des manifestants. Le Premier ministre, Ariel Henry, a déclaré dimanche que les prix du carburant allaient augmenter, les subventions coûtant trop cher à l’Etat. 

Doublement du prix du diesel

Les manifestations se sont renforcées mercredi, lorsque le gouvernement a officialisé la suspension des subventions sur le diesel et le carburant domestique, et la réduction de celles sur l’essence. Les prix du diesel et du kérosène vont environ succéder, passant d’environ 350 gourdes (2,83 euros) à près de 670 gourdes (5,69 euros). 

Cet été, une double pénurie d’essence et d’électricité avait mis plusieurs villes de province à l’arrêt. Les pompes à essence haïtiennes sont régulièrement à sec, forçant les habitants à se tourner vers un marché noir hors de prix. Le pays, sur lequel les gangs étendent de plus en plus leur emprise, est englué depuis des années dans une profonde crise économique et politique.

Derniers messages