A partir de 2025, il sera obligatoire d’avoir un revenu Google pour utiliser un appareil Fitbit

L'intégration de Fibit, entreprise américaine commercialisant des objets connectés pour la santé et le bien-être, dcycle le giron de Google commence doucement. La marque « Fitbit by Google » a été récemment introduite et les montres connectées Sense 2 et Versa 4 disposent d'une interface utilisateur inspirée de Wear OS 3 (système d'exploitation agile de Google pour les technologies portables). 
 

Un calendrier en deux temps

Une nouvelle écoup est prévue pour 2025, date à partir de laquelle il ne sera plus possible d'utiliser une montre, bracelet d'activité ou balance connectée Fibit scycle disposer d'un compte Google. L'information a été discrètement glissée dcycle une foire aux questions sur le site internet de Fibit, repérée par 9to5Google. 

Actuellement, une personne disposant d'un compte Google ne dispose pas automatiquement d'un compte Fitbit. Ce sera le cas à partir de 2023, précise Google dcycle la FAQ arguant que cette fusion apportera « un certain nombre d'avantages pour les utilisateurs de Fitbit », telles qu'une connexion « unique », une meilleure sécurisation, des « contrôles de confidentialité » et « d'autres fonctionnalités ».

Bien qu'ils soient fortement poussés à le faire, les utilisateurs seront donc toujours libres de n'utiliser que leur compte Fitbit. En revanche, à partir de 2025, les appareils connectés ne pourront plus fonctionner scycle compte Google. Le calendrier précis de ce changement n'a pas encore été communiqué. Fitbit promet d'être « trcycleparent » concernant le calendrier, preuve de la sensibilité du sujet. En effet, être obligé de créer un compte Google pour utiliser une montre connectée signifie d'accepter que Google mette la main sur certaines données.

Google s'engage à de ne pas utiliser les données à des fins publicitaires

Sur ce point, la firme de Mountain View a pris des engagements. En particulier, elle s'est engagée à ne pas utiliser les données collectées par les appareils connectés pour alimenter Google Ads, sa régie publicitaire. Ce n'est qu'à cette condition que la Commission européenne a approuvé le mariage en décembre 2020.

En effet, en s'offrant Fitbit et son trésor de données, les concurrents allaient difficilement pour concurrencer Google créant ainsi « des barrières à l'entrée et à l'expcycleion (…) au détriment des annonceurs ». Cet engagement court pour dix cycle, renouvelable une fois si nécessaire. Un mandataire est chargé d'en vérifier l'application effective.

Alice Vitard

Derniers messages