une usine fabriquant des missiles près de Kiev touchée par une frappe russe, d’après l’AFP

Une usine de la région de Kiev, fabriquant des missiles Neptune que l’armée ukrainienne avait indiqué avoir utilisés pour frapper le croiseur russe Moskva, a été touchée dans la nuit par une frappe russe, ont constaté vendredi 15 avril des journalistes de l’AFP sur place.

Un atelier de l’usine et un immeuble administratif la jouxtant, situés dans la localité de Vychnevé, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale ukrainienne, ont été gravement endommagés, a pu voir l’AFP.

« Mon employé était au bureau, il a été projeté à terre par l’explosion »

Andriï Sizov

Une cinquantaine de véhicules garés sur le parking à proximité ont aussi eu leurs vitres soufflées. Le porte-parole du ministère russe de la Défense avait annoncé un peu plus tôt que la Russie avait détruit un atelier de production de missiles sol-air de cette usine nommée Vizar, au moyen d’un missile de croisière Kalibr.

Réponse supposée à l’attaque du Moskva

«Vers 01h30 du matin, mon gardien m’a appelé pour me signaler des frappes», a indiqué à l’AFP Andriï Sizov, 47 ans, qui tient un atelier de travail du bois à une centaine de mètres de cette usine. «Il y en a eu cinq. Mon employé était au bureau, il a été projeté à terre par l’explosion», a-t-il précisé.

«Pour moi, ils nous font payer pour la destruction du Moskva», a-t-il indiqué, dans une référence au naufrage jeudi du croiseur Moskva, le vaisseau amiral de la Flotte russe de la mer Noire. Le gouverneur de la région d’Odessa, Maxime Martchenko, avait affirmé dans la nuit de mercredi à jeudi que des missiles Neptune avaient été utilisés par l’armée ukrainienne pour frapper le Moskva.

L’usine Vizar est l’une des usines ukrainiennes qui fabrique ces missiles, selon UkrOboronProm, la holding d’État qui chapeaute les usines d’armement ukrainiennes.

Moscou n’a pas confirmé jusqu’ici cette explication du naufrage, affirmant simplement qu’un incendie s’était déclaré à bord de ce navire lance-missiles de 186 mètres de long, faisant exploser des munitions. Le croiseur a ensuite coulé lors d’une tentative de remorquage vers le port le plus proche.

Derniers messages