Un autre monde, The Power et Piccolo Corpo… Les films à voir ou à éviter cette semaine

Un drame social français, un film d’épouvante britannique et féministe, une odyssée maternelle à l’italienne. Que faut-il voir cette semaine ? Découvrez la sélection cinéma du Figaro.

Un autre monde – À voir

Drame de Stéphane Brizé, 1h36

Plan social, on dit comme ça. Traduction: il faut virer 58 personnes. Le responsable du site ne s’y résout pas. Il y a sûrement une autre solution. Avec Un autre monde, Stéphane Brizé boucle sa trilogie du travail. Après le chômeur et le syndicaliste (La Loi du marché et En guerre ), voici le cadre au bout du rouleau. Le film est moins documentaire que les deux précédents. La fiction apporte son lot d’intimité. Sandrine Kiberlain est cette épouse dévastée de fatigue et de solitude. Lindon évoque le Montand de Vincent, François, Paul et les autres… Stéphane Brizé continue à filer son chemin, entre Sautet et Ken Loach. Il plonge sa caméra dans les failles de notre monde, ne s’interdit pas un vague espoir. Le générique du début s’affiche sur un panoramique des photos de famille sur les murs de la maison. Ils souriaient. Ils étaient heureux. Mais, ça, c’était avant. E.N.

La Vraie famille – À voir

Drame de Fabien Gorgeart, 1h42

Après Diane a les épaules, en 2017, le réalisateur poursuit l’exploration de la cellule familiale. Il met en scène un garçon de 6 ans placé dans une famille d’accueil à 18 mois, mais qui va devoir quitter Anna, sa mère de substitution (Mélanie Thierry, incandescente) pour vivre avec son père biologique (Félix Moati). Si elle donne d’abord le change, Anna supporte mal cette déchirante séparation. Les services sociaux l’avaient prévenue: «Aimez cet enfant, mais ne l’aimez pas trop.» La douleur est dans les deux camps. Gorgeart, qui raconte un peu l’histoire de sa famille, filme avec pudeur les dérives d’une «maman louve» dépassée par son rôle. Tendu, chaleureux, traité comme un polar dès lors qu’Anna refuse de se séparer de l’enfant, le film touche juste, sans jamais frôler le mélo. O.D.

The Power – On peut voir

Thriller fantastique de Corinna Faith, 1h33

L’intrigue de ce film d’épouvante féministe débute à Londres, dans l’East End, en janvier 1974. Alors que les syndicats et le gouvernement font le bras de fer en pleine crise économique, et que des coupures d’électricité plongent régulièrement le pays dans le noir plusieurs nuits par semaine, Val (Rose Williams, tout en délicatesse et en détermination avec ses faux airs d’Alicia Vikander) intègre l’hôpital pour son premier jour de travail. Corinna Faith sait distiller une horreur minimaliste comme on prépare le thé. Elle permet également de découvrir une distribution très intéressante, soulignant l’émergence d’une nouvelle génération d’acteurs britanniques talentueux. By Jove! What a shock! O.D.

Piccolo corpo – On peut voir

Drame historique de Laura Samani, 1h29

Une cérémonie emmène des femmes en haillons dans l’eau, au rythme de chants râpeux en l’honneur de la Vierge. Au milieu d’elles se trouve une femme enceinte. On ne sait rien d’Agata sinon qu’elle est belle, le visage barré par des sourcils noirs. Plus tard, son enfant meurt sans avoir eu le temps de respirer. Pas baptisé, donc. Les limbes l’attendent pour l’éternité. Incarnée par Celeste Cescutti (prénom qui aurait d’ailleurs joliment convenu au personnage), Agata n’en croit rien, remonte sa longue jupe de bure et grimpe dans la montagne. Si le voyage d’Agata fascine, l’arrivée à destination laisse perplexe. Il manque un peu de mystère, de cette bizarrerie qui traverse tout le film et qu’on espérait éclatante à la fin. Qu’importe, une cinéaste est née. Notons aussi cette chose réjouissante : elle ne pourra pas faire plus déprimant à l’avenir… B.P.

Uncharted – À éviter

Film d’aventures de Ruben Fleischer, 1 h 50

Tom Holland incarne un orphelin malheureux qui croise la route de Mark Wahlberg, maître ès filouterie malin et casse-cou. Ils partent à la recherche du trésor des Conquistadors. Un méchant milliardaire, le fortiche Antonio Banderas, veut les doubler. Holland ne lâche pas son gentil sourire, Wahlberg roule des mécaniques sans trop y croire. Inspiré d’une franchise de jeux vidéo, ce film à 120 millions de dollars pourrait être le début d’une nouvelle saga. Prochaine mission : trouver un scénario. B.P.

After Blue – À éviter

Film de science-fiction de Bertrand Mandico, 2 h 07

Dans un futur lointain, sur une planète où n’ont survécu que les femmes, une jeune fille et sa mère traquent une criminelle. Après Les Garçons sauvages, Bertrand Mandico puise son inspiration dans la science-fiction des années 1970. Décors kitsch, jeu d’acteur épouvantable, dialogues ridicules… L’avant-garde d’hier est l’arrière-garde d’aujourd’hui. E.S.

Derniers messages