«Les causes profondes de l’épuisement de la gauche française»

TRIBUNE – Le refus de souscrire à l’opinion majoritaire des Français sur l’immigration et l’islamisme lui a fait perdre une large partie de ses soutiens d’antan. Dès lors, l’intellectuel s’interroge: quel sera l’avenir de la gauche au plan national?

L’effondrement de la gauche française, toutes tendances confondues, dans les intentions de vote pour la prochaine élection présidentielle pose question. Que s’est-il passé pour que les partis de gauche aient perdu autant de terrain dans les suffrages des classes populaires? Leurs programmes sont-ils en cause, ou les querelles d’ego génératrices de divisions, la trop faible stature de leurs dirigeants ou encore le souvenir douloureux de l’échec de François Hollande? Ces facteurs jouent sans doute, mais y prêter trop d’attention rend aveugle à une cause plus profonde qui tient au hiatus entre la vision du monde que porte la gauche contemporaine et la nature des difficultés de vie que rencontrent ses anciens soutiens.

Qu’est-ce qu’être «de gauche»? Des valeurs, sans doute, et d’abord l’égalité. Mais, plus radicalement, toute une vision du monde selon laquelle la société serait fondamentalement composée de dominants oppresseurs et de dominés opprimés. L’action historique de la gauche prend sens…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Derniers messages