un important dispositif de gendarmerie déployé après la disparition d’une randonneuse de 47 ans

Les recherches n’ont rien donné lundi. Elles ont repris ce mardi 21 décembre en début de matinée dans un secteur «immense et particulièrement complexe».

Voilà plus de 48 heures qu’elle n’a pas donné signe de vie. Une randonneuse de 47 ans est portée disparue depuis dimanche 19 décembre dans le massif vosgien du Hohneck, comme l’a rapporté Vosges Matin . Une information confirmée ce mardi au Figaro par le peloton de gendarmerie de montagne de Xonrupt-Longemer, engagé dans les recherches.

Originaire d’Épinal, la quadragénaire est partie randonner seule dimanche, depuis le Hohneck, en direction, du Kasterlberg, à la frontière entre les départements des Vosges et du Haut-Rhin. C’est son fils, soucieux ne pas pouvoir la joindre, qui a donné l’alerte lundi matin.

À VOIR AUSSI – Âge, profil, indices: les critères d’une disparition inquiétante

Rapidement, un dispositif de gendarmerie a été déployé dans le secteur pour retrouver la randonneuse, décrite comme «une habituée de la montagne», selon le quotidien régional. Une vingtaine de militaires des deux départements ont sillonné le massif toute la journée, appuyé par une équipe cynophile ainsi qu’un hélicoptère de la gendarmerie qui a survolé la zone à deux reprises. En vain. Seule la voiture de la disparue a été retrouvée près du parking d’une auberge, point de départ de sa randonnée.

Les recherches ont repris mardi matin avec le renfort de sapeurs-pompiers. Plusieurs drones de la gendarmerie sont également à l’ouvrage. «Le secteur est immense et particulièrement complexe. On va notamment descendre dans les couloirs, ces grandes pentes de neige où la disparue pourrait avoir chuté», précise un gendarme du peloton de montagne de Xonrupt-Longemer.

Derniers messages