Trois nouvelles plaintes déposées contre le gynécologue de l’hôpital Tenon

Le docteur Daraï faisait déjà l’objet de deux plaintes pour «viol en réunion» et «viol par autorité sur mineure de plus de 15 ans».

Trois nouvelles plaintes pour «viol en réunion» et «viol aggravé» ont été déposées contre le spécialiste de l’endométriose Emile Daraï, a indiqué au Figaro l’avocate des plaignantes Me My-Kim Yang Paya, confirmant une information de France Info.

Le praticien faisait déjà l’objet de deux plaintes pour «viol en réunion» et «viol par autorité sur mineure de plus de 15 ans». Une enquête judiciaire avait été ouverte après l’ouverture d’une enquête interne à l’hôpital Tenon.

D’autres plaintes prochainement déposées

«Depuis la semaine dernière, je reçois environ deux demandes de dépôt de plainte par jour concernant ce médecin», explique au Figaro Me Yang Paya, qui a déposé le 18 octobre dernier et le 4 novembre trois nouvelles plaintes pour «viol» visant Emile Daraï. «Les femmes préfèrent passer par un avocat plutôt que de se rendre au commissariat», poursuit l’avocate, soulignant que toutes les victimes qu’elle représente sont majeures. Certaines d’entre elles lui ont par ailleurs assuré avoir été attouchées non seulement par le médecin en question mais aussi par «des internes, d’où la qualification de ‘viol en réunion’». D’autres plaintes seraient sur le point d’être déposées, précise l’avocate.

Début octobre, interrogé sur la première plainte déposée, l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) avait assuré au Figaro «prendre ces accusations très au sérieux». Emile Daraï avait de son côté indiqué via l’hôpital Tenon «contester les faits dont on l’accuse et récuser des propos qu’il juge diffamatoires». Selon France Info, ce dernier a été privé le 8 octobre dernier de ses fonctions de chef de service gynécologique de l’hôpital Tenon.

À VOIR AUSSI – L’ex-ministre Jean-Michel Baylet, soupçonné de viol, confronté à la plaignante pendant 5 heures

Derniers messages