«Il ne faut pas se croire qualifié avant de l’être»

Le sélectionneur s’est exprimé à Clairefontaine à cinq jours d’un match décisif face au Kazakhstan en éliminatoires du Mondial 2022.

A Clairefontaine

L’ambiance chez les Bleus avant l’ultime rassemblement de 2021
« Je ne vais pas me plaindre d’avoir une semaine complète pour préparer le Kazakhstan. Ça permet d’avoir une récupération totale sur l’ensemble des joueurs et dans un 2e temps des séances d’entraînement. C’est mieux, à tous les niveaux ? Est-ce que je vais plus faire tourner sur ce rassemblement, je ne sais pas aujourd’hui, car on veut atteindre notre objectif, être qualifié pour la Coupe du monde (une victoire samedi soir et l’équipe de France validera son billet pour le Qatar 2022).Toute mon énergie est là-dessus et il ne faut surtout pas penser que nous sommes déjà qualifiés parce que c’est que le Kazakhstan. Il ne faut pas jouer avec ça. On veut arriver déterminer. Gagner un titre (La ligue des Nations en octobre), c’est la meilleure vitamine par rapport à l’esprit de compétiteur des joueurs. Ça permet de confirmer la valeur de cette équipe de France surtout vu les adversaires qu’on avait (Belgique, Espagne). Ça ne nous donne pas de garantie non plus, si ce n’est qu’on est capable de faire de très bonnes choses.»

À VOIR AUSSI – Équipe de France: Didier Deschamps rappelle Alphonse Areola dans une liste sans surprise

La plus grande leçon qu’il tire de 2021
«(Il souffle longuement) Je n’ai pas de leçon à tirer, plutôt des analyses. Je ne vais pas faire un bilan il y a deux matches encore et on doit se qualifier pour la Coupe du monde … Je vais y répondre quand même … 2021 était une année avec 3 objectifs, et notamment un qu’on n’a pas atteint à l’Euro. Le titre en Ligue des Nations est un des titres remportés et il reste cette qualif’ pour la Coupe du monde. Comme tous les ans, il y a du mouvement (dans le groupe France), de la régénération, des jeunes joueurs qui sont venus, des nouveaux, des modifications que j’ai été amené à faire sur le plan de l’organisation avec des profils différents. Un acquis est important par rapport au terrain, à condition d’enlever les 10 min d’égarement qu’on a eus cet été (contre la Suisse). Il y a eu beaucoup de bonnes choses (en 2021), notamment en gagnant la Ligue des Nations, face à ces deux adversaires de qualité. La capacité et la force de cette équipe, est toujours d’avoir un groupe de compétiteurs qui a toujours envie d’aller chercher ce qui se présente devant nous. L’équipe de France faisait et fait toujours partie des meilleures nations européennes et mondiales. »

«Chaque joueur est libre de s’exprimer, de donner son ressenti, son avis par rapport à sa propre situation. Le plus important pour moi, ce sont les discussions que j’ai en direct avec les joueurs et Olivier sait.»

Sur Giroud

À VOIR AUSSI – Deschamps juge Benzema «essentiel» aux Bleus après le sacre en Ligue des nations le 10 octobre

Son avis sur les forfaits en défense (Varane, Kimpembe)
« On va s’organiser sans eux (rires). Évidemment je préfère avoir tous mes joueurs à disposition, là c’est en défense qu’il y a des absents. Il faut maîtriser, être le plus dangereux pour l’adversaire et ça m’amènera à choisir un système de départ avec une animation ou l’on se doit d’être performant face à un bloc dense et bas. On sait à quoi on va être confronté, il faut de la diversité, des prises d’initiative, tout en étant solide défensivement pour ne pas leur laisser des possibilités. »

Le retour en forme de Griezmann
« C’est mieux quand un joueur arrive en pleine confiance, avec des bonnes performances avec son club. Antoine est aussi venu à Clairefontaine après des situations difficiles en club, ce qui ne l’a pas empêché d’être performant avec nous. Tous les joueurs ne peuvent pas être performants dix mois dans l’année, c’est impossible et forcément il y a des moments plus délicats. Ce que je vois, c’est que les joueurs de l’équipe de France voient toujours leur sélection comme un bonheur, mais aussi parfois telle une bouffée d’oxygène en fonction des périodes. »

Si la présence de Kanté est la garantie d’un meilleur équilibre des Bleus
« L’équilibre, ça dépend de l’adversaire. Si vous faites référence aux deux derniers matches on ne l’a pas eu tout le temps. Un seul joueur peur apporter l’équilibre ? Je ne le pense pas. N’Golo sera important, il peut jouer plus bas, dans un autre rôle, c’est mieux pour nous qu’il soit là. L’équilibre ne reposera pas sur un seul joueur mais rajouter un joueur comme lui peut aller dans ce sens-là. »

Si le Kazakhstan au Parc des Princes lui rappelle la Bulgarie en 1993
« Ce qui est derrière est derrière, on ne peut rien y changer. L’important est de se nourrir de ce qu’il peut se passer mais certains n’étaient même pas nés en 1993. On est au Parc, vous savez pourquoi (Le Stade de France n’était pas disponible), qui est une très belle enceinte, c’est très bien qu’on joue ce match décisif là-bas. Cela fait 28 ans (les Bleus avaient raté le Mondial 1994 après une défaite historique face aux Bulgares) mais il faut rester vigilant pour ne pas se croire qualifié avant de l’être. C’est arrivé, à titre personnel je l’ai payé, il ne faut pas que ça se répète. »

Giroud s’est-il tiré une balle dans le pied
« Chaque joueur est libre de s’exprimer, de donner son ressenti, son avis par rapport à sa propre situation. Le plus important pour moi, ce sont les discussions que j’ai en direct avec les joueurs et Olivier sait. »

Les difficultés de Pogba avec Manchester United
« Des joueurs arrivent en pleine confiance et d’autres avec un contexte différent. C’est le cas de Paul qui reste un cadre et un leader en EDF. Ce n’est pas la même situation à Man U. Il arrivera heureux ici, mais forcément avec un déficit de ce qu’il se passe en club. »

Son avis sur le Lensois Clauss, performant en Ligue 1
« Qui fait le buzz ? (au journaliste) Répondez à la question alors (rires). Je regarde beaucoup d’éléments, dont ce joueur de Lens. Buzz ou pas, ce n’est pas ce qui fait que ça va m’amener à le sélectionner. Qu’il ait 29 ans, qu’il ne joue pas la Coupe d’Europe, ce n’est pas un critère en soi, c’est une question de concurrence par rapport au poste (Pavard, Dubois, Mukiele). Je sais que vous êtes en attente de nouveauté, je ne suis pas là pour faire de la nouveauté (à outrance). Pour faire un parallèle par rapport à l’âge de joueur, Jordan Veretout (28 ans) est arrivé tardivement. Comme quoi ça n’empêche pas d’appeler des joueurs (plus âgés). Le buzz est fermé. »

Benzema dans la course au Ballon d’Or
«C’est une récompense individuelle importante, prestigieuse. Il fait partie des postulants, peut le gagner, c’est tout le mal que je lui souhaite après ce qu’il a réalisé avec son club et l’équipe de France».

Derniers messages