front commun des médecins libéraux contre «l’accès direct» à certains soignants

L’Ordre des médecins et les six syndicats représentatifs des praticiens libéraux ont demandé aux sénateurs «la suppression» de «l’accès direct» à plusieurs professions paramédicales inscrit dans le projet de budget de la Sécu pour 2022, dans un courrier commun consulté jeudi 4 novembre par l’AFP.

«Le médecin, en raison de sa formation, est le seul à pouvoir poser un diagnostic médical et prendre en charge un patient dans sa globalité», écrivent d’une même plume les présidents de l’Ordre et des six syndicats (CSMF, MG France, Avenir Spé-Le Bloc, FMF, UFML, SML). Cette lettre, datée de mardi, a été adressée aux membres de la commission des Affaires sociales du Sénat, où le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 sera examiné à partir de lundi.

Ses signataires se disent «fermement opposés» à certaines mesures votées en première lecture à l’Assemblée nationale, qui prévoient «l’accès direct des patients aux orthoptistes, aux orthophonistes aux masseurs-kinésithérapeutes et aux infirmiers en pratique avancée». «Des dispositions qui, sans le dire, dérogent aux règles sur l’exercice illégal de la médecine», affirment-ils, ajoutant que le gouvernement «n’a jamais réuni sur ce sujet» les représentants des professions concernées.

La CSMF dénonce même dans un communiqué des décisions «prises en catimini, sans concertation» et qui «risquent d’avoir un effet désincitatif en faisant s’affronter les professions de santé entre elles».

Derniers messages