dix pays de l’Union européenne dans une situation «très inquiétante»

LE POINT SUR LA SITUATION – Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : Le Figaro fait le point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19.

Dix pays de l’UE sont dans une situation «très inquiétante», une étude sur le Covid long fait polémique, la situation en Amérique latine se détériore… Le Figaro fait le point ce vendredi 12 novembre sur les dernières informations liées à la pandémie de Covid.

48 morts en 24 heures, plus de 7000 malades hospitalisés

L’épidémie continue de s’aggraver en France, où 48 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures, selon le bilan du jour de Santé publique France. 7046 malades sont actuellement hospitalisés, dont 362 depuis la veille. Ils étaient 6952 jeudi. 1182 patients sont également soignés dans les services de soins critiques, dont 98 admis depuis jeudi.

» À VOIR AUSSI – Covid-19: Olivier Véran affirme que la situation en France «ressemble clairement au début d’une 5ème vague »

La France a dépassé les 4 millions de rappels

La France a dépassé la barre des 4 millions de doses de rappel injectées, a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, se félicitant que la campagne soit passée à la «vitesse supérieure» depuis l’allocution d’Emmanuel Macron mardi. Face à une épidémie qui «reprend fort et partout» en Europe, la France entre «dans une période à risques», a averti Gabriel Attal lors d’un déplacement dans une pharmacie à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Depuis l’allocution mardi soir d’Emmanuel Macron, «620.000 prises de rendez-vous ont eu lieu sur Doctolib, c’est trois fois plus que sur la semaine précédente» et «il y a eu un nombre record d’injections de doses de rappel au lendemain de l’intervention du président de la République», a-t-il précisé. «Nous avons dépassé les 4 millions de doses de rappel injectées», pour un public éligible de 7,7 millions de personnes, a encore ajouté Gabriel Attal. «Depuis mardi, la campagne de rappel a passé deux ou trois vitesses supérieures.»

Dix pays de l’UE dans une situation «très inquiétante »

La situation de l’épidémie de Covid-19 continue de se dégrader dans l’Union européenne et est considérée comme «très inquiétante» dans dix pays et «inquiétante» dans dix autres, a indiqué vendredi l’agence européenne chargée des maladies. «La situation épidémiologique dans l’UE est actuellement caractérisée par une hausse rapide et importante des cas et un taux de mortalité faible mais en lente hausse», résume le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) dans sa dernière évaluation des risques. «Les cas, les hospitalisations et le nombre de morts devraient tous augmenter au cours des deux prochaines semaines», souligne l’agence européenne basée à Stockholm.

Parmi les 27, la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République tchèque, l’Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie sont dans la catégorie de préoccupation la plus élevée. Dans les pays figurant dans la catégorie «inquiétante», on trouve l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Finlande, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovaquie.

Le Covid long, surtout dans la tête? Une étude fait polémique

Le Covid long a-t-il d’abord des ressorts psychologiques? Ces symptômes «pourraient le plus souvent être associés au fait de croire avoir été infecté» au coronavirus, avance une étude publiée en début de semaine dans le Journal of the American Medical Association (Jama), l’une des principales revues médicales mondiales. Chez les patients qui se plaignent de symptômes durables, il faut donc chercher à «identifier des mécanismes cognitifs et comportementaux» et veiller à ne pas les «attribuer par erreur à une infection au Covid-19», concluent les auteurs.

Immédiatement, la colère a pris les associations de patients atteints de Covid long qui accusent l’étude de nier la réalité de leur trouble en lui donnant une explication essentiellement psychologique. Cette étude donne lieu à des interprétations «stigmatisantes, dangereuses et nuisibles pour les Covid(s) long(s), d’autant qu’elles sont contestées et non reconnues par l’ensemble de la communauté scientifique et associative internationale», a jugé jeudi l’association française AprèsJ20. Beaucoup de chercheurs ont exprimé leur scepticisme face à la méthodologie retenue par cette étude. «Un test sérologique (…) n’est pas fiable comme marqueur d’une précédente infection», juge également le virologue britannique Jeremy Rossman, cité par l’organisme Science Media Center.

L’Autriche veut confiner les non-vaccinés

Le chancelier autrichien a annoncé vendredi un projet de confinement national des personnes non vaccinées ou ne disposant pas d’un certificat d’anticorps, alors que le pays enregistre un nombre record de nouvelles contaminations au Covid-19. «L’objectif est clair: nous voulons donner le feu vert à un confinement national pour les personnes non vaccinées», a déclaré Alexander Schallenberg lors d’une conférence de presse. Il n’a pas précisé la date de l’entrée en vigueur de la mesure, qui doit d’abord recevoir l’aval du Parlement dimanche.

Près de 65% de la population a reçu les deux doses de vaccin en Autriche, ce qui est inférieur à la moyenne européenne de 67% et très loin de pays comme l’Espagne (79%) ou la France (75%).

» À VOIR AUSSI – L’Autriche veut «donner le feu vert à un confinement » des non-vaccinés pour juguler l’épidémie de Covid-19

L’Allemagne va vivre «des mois difficiles »

L’Allemagne, frappée «de plein fouet» par une quatrième vague de Covid-19 doit se préparer à des «semaines et des mois difficiles», a prévenu vendredi le président de l’institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI), plaidant pour durcir les restrictions.

Alors que les cas d’infection sont montés en flèche ces derniers jours dans de nombreuses régions du pays, Lothar Wieler a tiré la sonnette d’alarme: «nous devons partir du principe que la situation va continuer de s’aggraver partout en Allemagne» et que cette évolution «ne pourra pas être arrêtée sans de nouvelles mesures», a-t-il prévenu lors d’une conférence de presse à Berlin. «Nous avons devant nous des semaines et des mois difficiles (…)», a-t-il martelé, s’inquiétant d’une situation déjà tendue dans certains hôpitaux qui souffrent de surcroît d’un manque de personnel soignant.

«Confinement partiel» aux Pays-Bas

Confronté à un nombre record de cas de Covid-19, le premier ministre néerlandais Mark Rutte doit annoncer vendredi soir de nouvelles mesures de restriction, dont l’introduction du premier «confinement partiel» de cet hiver en Europe occidentale. Parmi les mesures attendues, et qui courront sur trois semaines, les bars, les restaurants et les magasins non essentiels devraient fermer à 19h locale tandis que le télétravail devrait être favorisé, selon les médias locaux. Les écoles devraient toutefois rester ouvertes et les sorties hors du domicile autorisées.

» À VOIR AUSSI – Covid-19: «Le confinement n’est plus à l’ordre du jour », selon Odile Launay

Islande : deuxième tour de vis anti-Covid en une semaine

Moins d’une semaine après avoir réintroduit des mesures contre le Covid-19, le gouvernement islandais a annoncé vendredi un nouveau durcissement de son dispositif, en vigueur dès minuit, face aux records d’infections au Covid-19 ces derniers jours. La limite des rassemblements publics est abaissée de 500 à 50, la jauge dans les piscines et salles de sport est désormais fixée à 75% de la capacité maximale et l’horaire d’ouverture des bars, restaurants et discothèques est écourtée d’une heure supplémentaire, avec une fermeture à 22h. En vigueur pour au moins trois semaines, ces mesures sont les plus contraignantes depuis mai.

Nouvelles restrictions en Norvège…

La Norvège va réintroduire des restrictions anti-Covid au niveau national face à la forte reprise de l’épidémie, en autorisant notamment les communes à avoir recours au passe sanitaire, a annoncé le gouvernement vendredi. Le pays scandinave, qui avait levé toutes ses restrictions fin septembre, va également proposer une troisième dose de vaccin pour tous les plus de 18 ans, en excluant toutefois des confinements et des mesures drastiques.

» À VOIR AUSSI – Face à la reprise du Covid-19, la Norvège veut «introduire de nouvelles mesures »

… et à l’île Maurice

L’île paradisiaque de Maurice, dans l’océan Indien, a imposé vendredi une série de nouvelles mesures de restrictions pour faire face à une recrudescence des cas, malgré un taux de vaccination élevé. «L’État ne pourra pas lutter seul contre la propagation du Covid-19», a déclaré le premier ministre Pravind Jugnauth, accusant les personnes qui ne respectent pas les protocoles sanitaires d’être responsables de l’augmentation du nombre de contaminations.

Détérioration en Amérique latine

La pandémie de Covid-19 a continué d’accélérer en Europe et la situation sanitaire s’est à nouveau détériorée en Amérique latine cette semaine. Avec 472.800 contaminations enregistrées chaque jour dans le monde cette semaine, l’indicateur augmente pour la quatrième semaine consécutive (+8% par rapport à la semaine précédente), selon un bilan de l’AFP arrêté à jeudi.

Contrairement aux semaines précédentes, l’Europe (+13%) n’est plus la seule zone qui voit sa situation se détériorer. La zone Amérique latine/Caraïbes (+14%) est également mal orientée. Quant à l’Afrique, elle enregistre une hausse de +15% des nouveaux cas, mais celle-ci est faussée par un rattrapage de données effectué par le Botswana. Ailleurs, la situation continue de s’améliorer au Moyen-Orient (-12%), en Asie (-7%) et en Océanie (-6%), tandis qu’elle est quasi stable dans la zone États-Unis/Canada (+1%).

La Russie enregistre de son côté le plus grand nombre de décès quotidiens, 1205 par jour cette semaine, devant les États-Unis (1.160) et l’Ukraine (673). Sur le plan mondial, 7160 décès ont été enregistrés chaque jour cette semaine, un chiffre en hausse de 2%.

» À VOIR AUSSI – «Il faut que ça progresse »: Gabriel Attal lance «un appel au rappel » vaccinal contre le Covid-19

AstraZeneca dans le rouge au troisième trimestre

Le géant pharmaceutique AstraZeneca est tombé dans le rouge au troisième trimestre à cause de ses impôts, de la hausse des coûts de recherche et ventes, malgré la hausse des recettes dopées par le vaccin contre le Covid. La perte nette atteint 1,65 milliard de dollars sur la période contre un bénéfice de 651 millions un an plus tôt. Le chiffre d’affaires a en revanche bondi de 50% à 9,9 milliards de dollars. Contrairement à ses rivaux, AstraZeneca s’est engagé à vendre son vaccin à prix coûtant.

Plus de cinq millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 5.078.208 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (759.677), devant le Brésil (610.224), l’Inde (462.690), le Mexique (290.630) et la Russie (252.926). L’OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Derniers messages