Retards, annulations de concerts, incidents… Enquête sur la dure gestion des caprices d’artistes

ENQUÊTE – Lauryn Hill ou Madonna aiment se faire désirer par leur public. Elles ne sont pas les seules. Que ce soit lors d’un festival, dans une grande ou une petite salle, ces imprévus sont un calvaire pour les producteurs. Ils racontent comment ils tentent de les gérer.

C’était trop beau pour être vrai. Ce 21 septembre, les Fugees annonçaient une brève tournée mondiale, avec une date parisienne en décembre. Le lendemain, Wyclef Jean, Lauryn Hill et Pras Michel faisaient un retour sur scène impromptu à New York, dans le cadre du Global Citizen Live. Tout y était. Un orchestre de 21 musiciens, des tubes joués à la perfection… Et près de quatre heures d’attente pour le public. Une habitude pour le groupe et ses membres en solos, passés maîtres dans l’art du retard sans explication, au point de s’aliéner leurs propres fans.

En novembre 2018 déjà, Lauryn Hill se produisait en solo deux dates de suite à l’Accor Hotels Arena. Le premier soir est resté dans les mémoires pour le sabordage en règle de la chanteuse. Arrivée sur scène trois heures après l’horaire prévu, elle joua à peine cinquante minutes. La prestation est restée en travers de la gorge de beaucoup, que le patron de Live Nation France Angelo Gopée, en charge du concert ce soir-là, tient à remettre

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Derniers messages