Renversant mais pas rassurant, le PSG s’impose grâce à Mbappé et Messi face à Leipzig

Dans la douleur, le Paris-SG a pris le meilleur sur le RB Leipzig (3-2), mardi, au Parc des Princes.

Et à la fin, c’est le PSG qui gagne. A défaut d’avoir brillé, le PSG a renversé Leipzig (3-2) mardi, à Paris, lors de la 3e journée de Ligue des champions, grâce à un doublé de Messi et un but de Mbappé (3-2). Les Parisiens confortent leur première place au classement du groupe A devant Manchester City, qui a par ailleurs écrasé Bruges (1-5), avant de défier le rival marseillais dimanche (21h), au Vélodrome, pour un Classique attendu.

Paris bousculé, mais…
Malgré une plutôt bonne entame parisienne, et ce bon ballon de Herrera par-dessus la défense pour Draxler (6e), le danger planait sur le but parisien (4e, 7e). Mais Gulacsi ne pouvait rien face à Mbappé, qui avalait toute une moitié de terrain après une ouverture lumineuse de Marquinhos et un relais astucieux de Draxler (1-0, 9e). Des ballons en profondeur pour Mbappé ? C’était à peu de chose près la seule arme d’un PSG qui avait la possession (72% en première période, 64,4 au total) sans se montrer dangereux. Solides et bien en place, alors qu’on les attendait fébriles et fragiles, les jeunes joueurs de Jesse Marsch, eux, s’enhardissaient en contre. Après avoir touché le poteau (26e), André Silva reprenait un centre d’Angelino (1-1, 28e). La défense parisienne a explosé sur une passe de Nkunku, qui faisait la chanson à son ancien partenaire du centre de formation, Kimpembe, et voyait son tir flirter avec le montant (42e). Le ballon pour Paris, les occasions pour Leipzig (1-1 MT).

La pression parisienne se faisait plus forte à la reprise, mais c’est Leipzig qui marquait, sur un centre du piston gauche Angelino pour son pendant à droite, le Français Mukiele (1-2, 57e). Pochettino passait à trois derrière (61e). C’est sur une erreur allemande que le PSG recollait, avec la vitesse de Mbappé, sa vista pour trouver Messi en retrait. Le sextuple Ballon d’or devait s’y reprendre à deux fois (2-2, 67e). Il n’avait pas besoin de séance de rattrapage pour tromper le portier hongrois d’une «Panenka» sur penalty (3-2, 74e). Un penalty provoqué par Mbappé, évidemment. Renversant. A défaut de marcher sur leurs adversaires, un peu émoussés, les Parisiens se battaient comme de beaux diables dans cette fin de rencontre, à l’image de ces deux tirs contrés coup sur coup par Verratti (77e). Assez pour terminer sans gros soucis (3-2 score final). Mbappé aurait même pu alourdir l’addition mais il manquait un penalty dans les arrêts de jeu (90+5).

Heureusement, il y avait Mbappé (et Messi)
Auteur de son premier but de la saison en C1 et directement impliqué sur les deux buts de Messi, Mbappé a (encore) porté le PSG à bout de bras mardi soir, contre Leipzig. Son coup d’œil et sa vitesse font du champion du monde 22 ans une arme de destruction massive et un joueur de classe mondiale. Rien de nouveau ici… Le problème, c’est que c’est souvent la seule arme à la disposition d’un Paris Saint-Germain sans idée, sans vrai projet de jeu. On a par ailleurs déjà connu Verratti plus inspiré. Idem pour Kimpembe. Les latéraux Hakimi et surtout Mendes se sont montrés trop fébriles et Draxler n’a, évidemment, pas fait oublier les absents, Neymar, Di Maria ou même Icardi. Mention très bien à l’ancien titi Nkunku de Leipzig, «le meilleur joueur sur le terrain avec Messi et Mbappé» selon l’analyse, très juste de son entraîneur US.

A défaut d’avoir des idées, Paris a du caractère
Certes, on est en droit d’attendre mieux du Paris Saint-Germain, même en l’absence de Neymar et Di Maria. Mais force est de constater que cette équipe a du cœur, du caractère et une sacrée volonté. Bousculés, menés, comme ça leur est souvent arrivé depuis le début de la saison, les hommes de Mauricio Pochettino ont encore trouvé les ressources pour renverser la situation face à une belle équipe de Leipzig. C’est déjà ça.

Derniers messages