les derniers mots d’Hélène Pastor à l’enquêtrice

L’affaire Hélène Pastor, milliardaire monégasque assassinée en 2014, est actuellement jugée en appel. Son gendre, qui avait été condamné à la perpétuité en première instance, crie au «complot».

«J’ai peur. J’ai d’autres choses à vous dire»: au deuxième jour du procès en appel de l’affaire Hélène Pastor ce mardi 19 octobre, une enquêtrice a raconté la seule audition de la milliardaire monégasque, «horriblement blessée» le 6 mai 2015. Quelques jours plus tard, elle s’éteignait, sans avoir pu se confier.

«Horriblement blessée»

Quand Catherine Messineo, de la police judiciaire de Nice, se rend au chevet d’Hélène Pastor pour l’entendre, le 17 mai 2014, l’enquête n’en est qu’à ses débuts et n’est pas encore sur cette piste familiale. «Je la découvrais horriblement blessée», défigurée, sa parole était entravée par une trachéotomie: «c’était une audition très compliquée à faire», a raconté l’enquêtrice mardi. Hélène Pastor «a dit avoir vu surgir un homme noir qui a tiré deux coups, le premier sur elle, le deuxième sur Mohamed Darwich. Pour elle, il y avait eu une vraie volonté de tirer sur deux personnes».

Elle expliquait ne pas avoir reçu de menace, ne pas avoir changé son testament, qui léguait toujours sa fortune à 50/50 à ses deux enfants, Sylvia et Gildo, et ne pas avoir souscrit d’assurance vie à l’attention d’un tiers, rappelle la policière. La milliardaire portait d’ailleurs un testament sur elle au moment des faits. Pour autant, Hélène Pastor clôturait son audition par ces mots: «J’ai peur, j’ai d’autres choses à dire». «Je promettais de la revoir» dès le feu vert des médecins, mais «cinq jours après elle mourrait», a ajouté l’enquêtrice.

Sur le banc des parties civiles, sa fille Sylvia, qui partagea la vie de Wojciech Janowski pendant 28 ans, s’essuie le coin des yeux face à ce récit. Les enquêteurs se sont succédé à la barre mardi, racontant tous une «affaire exceptionnelle, avec des gens des cités marseillaises (NDLR: le tireur et le guetteur présumé) qui se retrouvent mêlés à des gens de la haute société monégasque». Ce procès en appel, où sont rejugés cinq suspects de ce guet-apens mortel, doit durer jusqu’au 19 novembre.

Derniers messages