«Il n’y a pas de figure qui domine la représentation de la droite»

ENTRETIEN – Pour le directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, la France est clairement à droite, mais ne trouve pas son reflet dans une offre politique organisée.

Professeur à Sciences Po, Dominique Reynié est directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol).

LE FIGARO. – Vous affirmez dans cette étude que «la société française est clairement à droite». Par quels biais le démontrez-vous?

Dominique REYNIÉ. – Cette droitisation se manifeste sur plusieurs plans. Le premier est celui de l’autopositionnement sur l’axe gauche-droite. Vient ensuite l’orientation électorale des personnes interrogées. Les préférences exprimées révèlent une France largement à droite, notamment chez les moins de 35 ans. Enfin, le troisième plan concerne la nature des préoccupations.

On ne peut qu’être frappés par le haut niveau qu’occupe le trio immigration, sécurité, islam. Lorsque l’on compare aux vagues précédentes, on voit la poussée spectaculaire de ces thèmes dans l’opinion. Or ce sont des thèmes que le débat public classe à droite. Ils pourraient être de gauche, mais la gauche ne les prend pas en charge.

Y a-t-il aujourd’hui, dans le paysage politique

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Derniers messages