à Glasgow, une COP26 pour rien?

DÉCRYPTAGE – La 26e édition de la grand-messe internationale de la lutte contre le dérèglement climatique se réunit du 31 octobre au 12 novembre en Écosse. Sans grand espoir de résultats concrets.

Traditionnellement, les semaines précédant les COP – pour Conférence des parties prenantes à la convention de l’ONU sur le changement climatique – voient fleurir les annonces mirifiques. Cette 26e édition de la COP, qui débute le 31 octobre à Glasgow, ne déroge pas à la règle.

La Chine a présenté le 22 septembre un plan visant à atteindre la neutralité carbone, autrement dit à absorber autant de carbone qu’elle en émet, en 2060. Pour le pays responsable de 28% des émissions globales des gaz à effet de serre et qui pèse pour plus de 54% de la consommation mondiale de charbon, c’est un très grand bond en avant! Le 13 octobre, la Russie, deuxième productrice de pétrole de la planète, lui a emboîté le pas, suivie le 23 octobre par l’Arabie saoudite, troisième pays producteur.

Accord sur les réductions de méthane

En avril, les États-Unis, premiers au classement à cause du gaz de schiste et deuxièmes plus grands pollueurs du monde (14,5% des émissions de CO2), avaient pris eux aussi l’engagement de parvenir à la neutralité carbone.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Derniers messages