Macron s’entretiendra avec Biden ce mercredi

Le président américain a sollicité un entretien avec son homologue français pour évoquer la crise diplomatique entre les deux pays.

Six jours après la rupture du «contrat du siècle» entre la France et l’Australie, et l’annonce d’un nouveau pacte de défense «Aukus» entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni, Emmanuel Macron et Joe Biden vont s’entretenir, mercredi 22 septembre.

Lundi, le président américain s’est dit «impatient» de s’entretenir avec son homologue, sur fond de crise ouverte entre Paris et Washington. Le démocrate, qui a sollicité cet entretien, veut «faire part de son désir de travailler étroitement avec la France dans la zone indo-pacifique et sur la scène internationale», a affirmé un haut responsable américain.

Emmanuel Macron en attend «des clarifications sur le choix américain de tenir un allié européen à l’écart d’échanges structurants sur une coopération dans l’Indopacifique», a expliqué la présidence. «Nous attendons de nos alliés qu’ils reconnaissent que les échanges et consultations qui auraient dû être conduites ne l’ont pas été et que cela pose une question de confiance dont il nous appartient désormais de tirer ensemble toutes les conséquences», selon elle.

Un engagement commun ?

Les enjeux de cette discussion sont importants et ne concernent pas seulement la France : «Cela concerne notamment l’importance stratégique de l’engagement français et européen dans l’Indopacifique ; la pleine reconnaissance par nos alliés américains de la nécessité de renforcer la souveraineté européenne ainsi que l’importance de l’engagement croissant des Européens pour leur défense et leur sécurité ; l’engagement commun dans la lutte contre le terrorisme», a détaillé l’Élysée.

Le chef de l’État français attend aussi «l’engagement sur cette base d’un processus solide défini dans le temps et de haut niveau qui permette de créer les conditions d’un rétablissement de la confiance dans les actes et par des mesures concrètes et pas seulement par les mots».

À VOIR AUSSI – Crise des sous-marins: «Il y a une incompréhension sur les réactions françaises» à Washington, explique Isabelle Lasserre

Derniers messages